Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Notre Dame de Mongré école
collège
lycée
Ecole Notre Dame de Mongré

Aides spécifiques à la difficulté

Réseau, CLIS, PPRE

L'aide à la difficulté est une demande de l'Education Nationale avec laquelle l'école est en contrat, mais aussi une des racines du projet d'école en lien avec le PAEA (Projet Apostolique Educatif de l'Assomption) cher à la philisophie de Sainte Marie Eugénie Milleret.

La première différenciation et aide à la difficulté s'opèrent déjà au sein des classes avec une adaptation des enseignements en fonction des rythmes d'apprentissage et des compétences des élèves. La structure classe n'apportant pas toujours la situation la plus favorable à ces parcours individualisés, on peut compter sur d'autres aides spécifiques complémentaires.

Le dispositif d'aides spécialisées : 

L'enseignante (maître E) chargée de l'aide pédagogique

Le directeur assure la liaison entre l'équipe des maîtres et l'esneignante spécialisée. Il veille à ce qu'elle soit associée à la vie de l'école, et puisse y participer. Il organise la concertation avec l'équipe, afin de choisir les modalités de l'aide spécialisée.

C'est l'enseignant de l'élève qui fait, en cas de besoin, la demande d'aide auprès du maître E.

Elle a trois missions : la prévention, la remédiation, le travail en équipe et partenariat.

» La prévention : Elle consiste à prévenir l'apparition ou la persistances des difficultés dont la  fragilité a été repérée. (éviter l'apparition d'une difficulté, son installation et son amplification).

» La remédiation : L'aide spécialisée aide l'élève qui à des difficultés avérées à comprendre et à apprendre : mobiliser des stratégies, des méthodes voire des outils particuliers par un      savoir-faire propre aux maîtres spécialisés.

Le projet d'aide spécialisée donne lieu à un document écrit qui précise : la situation de l'élève, la cohérence de l'aide spécifique et de celle apportée par le maître de la classe, ses objectifs, la mise en oeuvre, la durée et l'évaluation.

   » Le travail en équipe et partenariat :

   ♦ Les relations avec les partenaires :

La réussite scolaire d'un élève requiert une coopération professionnelle entre tous lespartenaires autour de l'enfant : les parents, l'équipe pédagogique, le médecin scolaire, le psychologue scolaire, les praticiens extérieurs...

Des équipes de suivi de scolarisation sont organisées pour faire le lien et déterminer la    cohérence des différents projets mis en place autour de l'enfant.

   ♦ La co-intervention :

Des ateliers de co-intervention peuvent être organisés dans les classes. Ils sont préparés et organisés en étroite collaboration entre le maître E et l'enseignant.

 

L'enseignante (maître D) chargée de la Clis (Classe d'Inclusion Scolaire)

La CLIS de type 1 (Classe d'Inclusion Scolaire) accueille une dizaine d'enfants de 6 à 12 ans orientés par la MDPH qui sont en situation de handicap, présentant des troubles des fonctions cognitives ou mentales avec pour certains d'entre eux des troubles envahissants du développement, de la personnalité, du comportement ou des troubles spécifiques du langage et de la parole. Ce dispositif CLIS est assuré par une enseignante spécialisée dont la mission est la mise en oeuvre du Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS). A partir de ce document se décline le projet pédagogique de la CLIS qui a pour principaux objectifs :

> La scolarisation : pédagogie différenciée adaptée aux besoins de chacun avec la maîtresse spécialisée.

> L'inclusion de ces élèves dans les classes ordinaires dans les trois cycles. Cette inclusion se déroule dans leur classe de référence de la GS au CM2 au travers des apprentissages scolaires de la classe concernée en prenant en compte les particularités et les déficiences de chaque élève inclus.

> L'implication des élèves de la CLIS dans les activités organisées dans le cadre du projet de la classe où ils sont accueillis mais aussi dans le cadre du projet de l'école.

L'enseignante est accompagnée d'une aide humaine qui a pour principale fonction d'aider les élèves dans leurs apprentissages cognitifs ainsi que dans le développement de leur autonomie.

Ce dispositif CLIS s'inscrit pleinement dans le projet d'établissement.

 

Les PPRE (Projet Personnalisé de Réussite Educative)

Le PPRE est proposé à tous les élèves qui risquent de ne pas maîtriser le socle commun. Il peut intervenir à n'importe quel moment de la scolarité obligatoire en fonction des besoins de chaque élève.

Il est temporaire : sa durée varie en fonction des difficultés scolaires rencontrées par l'élève et de ses progrès.

Il fixe des objectifs précis en nombre réduit. Il prévient l'aggravation des difficultés ou permet à l'élève de surmonter les obstacles à la poursuite de ses apprentissages.

Le PPRE donne cohérence à l'ensemble des aides dont il bénéficie.

Une fiche de signalement spécifiant : la période, la compétence travaillée, l'échéancier des séances, et complétée par l'enseignant, lue et signée par le directeur puis par l'élève et ses parents.

Le but est de remettre l'élève en situation de réussite, de lui redonner confiance et d'apporter une pédagogie différenciée pas toujours facile à mettre en place en classe.

 

Les A.P.C. (Activités Pédagogiques Complémentaires)

Mise en place depuis la rentrée 2008, elles concernent les élèves qui ont plus particulièrement des difficultés en langue française, en mathématiques et en méthodologie. Cette aide s'opère par niveau les mardis et jeudis sur une période de 5 ou 6 semaines.

Comme pour les PPRE, une fiche de signalement est complétée par les enseignants, visée par la direction et signée par les parents. La prise en charge des élèves ne se fait pas obligatoirement par leur enseignant.

 

Le stage de remise à nvieau

En réponse à la note ministérielle de février 2008 ayant pour objet l'organisation de stages de remise à niveau proposés aux élèves présentant en fin d'école primaire des difficultés en français et en mathématiques, nous organisons deux sessions de soutien scolaire pour les élèves de CM1 et de CM2 pendant les vacances de printemps, et d'août.

Au programme : des fondamentaux, tels que l'entraînement au calcul mental, au raisonnement mais aussi à la lecture et à la production d'écrit.